Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

22 janv. 2018

CIRCULAIRE N° 0-22488-2016/DEF/EMM/ASC relative aux rubans légendés réglementaires.

CIRCULAIRE N° 0-22488-2016/DEF/EMM/ASC relative aux rubans légendés réglementaires.





ÉTAT-MAJOR DE LA MARINE : pôle « soutiens et finances ».
CIRCULAIRE N° 0-22488-2016/DEF/EMM/ASC relative aux rubans légendés réglementaires.
Abrogé le 28 septembre 2017 par  Circulaire n° 1591/ARM/EMM/ASC du 28 septembre 2017 (BOC n° 45 du 2 novembre 2017, texte 7 ; BOEM 450.5).

Du 17 octobre 2016
NOR D E F B 1 6 5 1 9 1 1 C 

Références :
Arrêté du 24 septembre 2015 (BOC n° 50 du 13 novembre 2015, texte 9 ; BOEM 110.3.3.1, 112.1).
Instruction n° 596/DEF/DCSCA/SD_REJ/BREG du 22 avril 2016 (BOC n° 26 du 16 juin 2016, texte 5 ; BOEM 410.1.3).

Pièce(s) Jointe(s) :
Six annexes.

Texte abrogé :
Circulaire n° 0-15988-2013/DEF/EMM/MGM du 13 décembre 2013 (BOC n° 11 du 28 février 2014, texte 8 ; BOEM 450.5).

Classement dans l'édition méthodique : BOEM 450.5
Référence de publication : BOC n° 54 du 1er décembre 2016, texte 6.


 Préambule.

Les quartiers-maîtres et les matelots masculins portent sur le bâchi un ruban légendé qui mentionne le nom de la formation d'appartenance ou à défaut l'inscription « MARINE NATIONALE ».
La liste des formations possédant un ruban légendé est précisée en annexes.

1. CRÉATION. 
La décision de création d'un ruban légendé est prise par le chef d'état-major de la marine [bureau « administration et soutien commun » de l'état-major de la marine (EMM/ASC)] ; les dispositions concernant sa réalisation et son approvisionnement sont du ressort du service du commissariat des armées (SCA).
La création d'un ruban légendé doit faire l'objet d'une demande officielle de l'autorité organique (formations de la marine) ou de l'état-major des armées (formations relevant de son autorité), motivée (effectif le justifiant pour les formations de la marine, effectif supérieur à trente quartiers-maîtres et matelots pour les formations interarmées) et adressée à l'échelon central (EMM/ASC), conformément à l'annexe VI. de la présente circulaire.
Le port du ruban légendé est autorisé, le cas échéant, dès lors que la formation existe.

2. CARACTÉRISTIQUES. 
Toutes les lettres du ruban légendé sont tissées en majuscules ; les accents graves, aigus, circonflexes, le tréma, la cédille doivent être portés sur la légende sauf s'il s'agit de la première lettre du mot.
La légende inscrite sur le ruban devant être identifiée en regardant le marin de face, il convient qu'elle n'excède pas, dans la mesure du possible, vingt lettres environ. Ce résultat peut être obtenu par contraction ou en utilisant des sigles.

3. TEXTE ABROGÉ. 
La circulaire n° 0-15988-2013/DEF/EMM/MGM du 13 décembre 2013 relative aux rubans légendés réglementaires est abrogée.

4. PUBLICATION. 
La présente circulaire est publiée au Bulletin officiel des armées.





Pour le ministre de la défense et par délégation :
Le contre-amiral,
sous-chef d'état-major « soutiens et finances »,
Xavier BAUDOUARD.

ANNEXE I.
LISTE DES BÂTIMENTS DE SURFACE ET DES SOUS-MARINS DOTÉS D'UN RUBAN LÉGENDÉ AU NOM DE L'UNITÉ.

1. SOUS-MARINS NUCLÉAIRES LANCEURS D'ENGINS. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE)SOUS-MARIN LE TRIOMPHANT
SOUS-MARIN LE TÉMÉRAIRE
SOUS-MARIN LE VIGILANT
SOUS-MARIN LE TERRIBLE

2. SOUS-MARINS NUCLÉAIRES D'ATTAQUE. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) SOUS-MARIN SAPHIR /
SOUS-MARIN ÉMERAUDE /
SOUS-MARIN AMÉTHYSTE /
SOUS-MARIN PERLE /
SOUS-MARIN RUBIS /
SOUS-MARIN CASABIANCA /
SOUS-MARIN SUFFRENà compter de 2017

3. PORTE-AVIONS. 
FORMATIONS.
RUBAN LÉGENDÉ.
Porte-avions (PA)
CHARLES DE GAULLE

4. BÂTIMENTS AMPHIBIES. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Bâtiments de projection et de commandement (BPC)
MISTRAL
TONNERRE
DIXMUDE

5. FRÉGATES DE PREMIER RANG. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Frégates de défense aérienne (FDA) et anti-aériennes (FAA)FORBIN /
CHEVALIER PAUL /
CASSARD /
JEAN BART /
Frégates anti-sous-marines (FASM)MONTCALMjusqu'en 2017
JEAN DE VIENNEjusqu'en 2018
PRIMAUGUET /
LA MOTTE-PICQUET /
LATOUCHE-TRÉVILLE /
Frégate européenne multi-missions (FREMM)AQUITAINE /
PROVENCE /
LANGUEDOC /
AUVERGNEà compter de 2017
BRETAGNEà compter de 2018
Frégates type « La Fayette » (FLF)LA FAYETTE /
SURCOUF /
COURBET /
ACONIT /
GUÉPRATTE /

6. BÂTIMENTS DE SOUVERAINETÉ. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Frégates de surveillance (FS)FLORÉAL
PRAIRIAL
NIVÔSE
VENTÔSE
VENDÉMIAIRE
GERMINAL

7. PATROUILLEURS HAUTURIERS. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Avisos - Patrouilleurs de haute mer (PHM)LIEUTENANT DE VAISSEAU LAVALLÉEjusqu'en 2018
COMMANDANT L'HERMINIERjusqu'en 2018
LIEUTENANT DE VAISSEAU LE HÉNAFF /
PREMIER MAÎTRE L'HER /
ENSEIGNE DE VAISSEAU JACOUBET /
COMMANDANT BLAISON /
COMMANDANT DUCUING /
COMMANDANT BIROT /
COMMANDANT BOUAN /
Patrouilleur de haute merL'ADROIT/
Patrouilleurs type P400LA CAPRICIEUSEjusqu'en 2017
LA GRACIEUSEjusqu'en 2017
LA GLORIEUSE /
LA MOQUEUSE /
Patrouilleurs (PAT)ARAGO /
LE MALIN /
Patrouilleur de 40 mètresFULMAR /
Patrouilleurs de service public (PSP)FLAMANT /
CORMORAN /
PLUVIER /
Patrouilleurs légers guyanais (PLG)LA CONFIANCEà compter de 2017
LA RÉSOLUEà compter de 2017

8. SOUTIEN OUTRE-MER. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Patrouilleur polaire (PP)L'ASTROLABEà compter de 2017
Bâtiments de transport légers (BATRAL)LA GRANDIÈREjusqu'en 2016
DUMONT D'URVILLEjusqu'en 2018
Remorqueur ravitailleur (RR)RÉVIjusqu'en 2016
Bâtiments multi-missions (B2M)D'ENTRECASTEAUX /
BOUGAINVILLEà compter de 2017
CHAMPLAINà compter de 2017
FRANCIS GARNIERà compter de 2018

9. BÂTIMENTS DE GUERRE DES MINES. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Bâtiments remorqueurs de sonars (BRS)ANTARÈS /
ALTAÏR /
ALDÉBARAN /
Chasseurs de mines tripartites (CMT)ÉRIDANJusqu'en 2018
CASSIOPÉE /
ANDROMÈDE /
PÉGASE /
ORION /
CROIX DU SUD /
L'AIGLE /
LYRE /
SAGITTAIRE /
CÉPHÉE /
CAPRICORNE /
Bâtiments bases de plongeurs démineurs (BBPD)VULCAIN /
ACHÉRON /
STYX /
PLUTON /
Bâtiment d'expérimentation de guerre des mines (BEGM)THÉTIS /

10. BÂTIMENTS DE SOUTIEN LOGISTIQUE. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR)VAR
MARNE
SOMME

11. BÂTIMENTS AUXILIAIRES. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.OBSERVATIONS.
Remorqueurs de haute mer (RHM)TENACEjusqu'en 2018
MALABARjusqu'en 2018
Bâtiments de soutien de région (BSR)ÉLANjusqu'en 2018
GAZELLEjusqu'en 2018
TAAPE /
Bâtiment de soutien à la plongée (BSP)ALIZÉ /
Bâtiments d'expérimentation et d'essaisDUPUY DE LÔME /
MONGE /

12. BÂTIMENTS OCÉANOGRAPHIQUES ET HYDROGRAPHIQUES. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Bâtiment océanographique (BO)BEAUTEMPS-BEAUPRÉ
Bâtiments hydrographiques de 2e classe (BH2C)LAPÉROUSE
BORDA
LAPLACE

13. BÂTIMENTS DE FORMATION ET D'ENTRAÎNEMENT. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Bâtiments-école (BE)LÉOPARD
PANTHÈRE
JAGUAR
LYNX
GUÉPARD
CHACAL
TIGRE
LION
Bâtiments d'instruction à la navigation (BIN)GLYCINE
ÉGLANTINE

14. VOILIERS. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Goélettes
GOÉLETTE ÉTOILE
GOÉLETTE BELLE POULE
Cotre
MUTIN
Yawl
LA GRANDE HERMINE
ANNEXE II.
LISTE DES FORMATIONS À TERRE PLACÉES SOUS L'AUTORITÉ D'UN COMMANDANT DE FORCE MARITIME ET DOTÉES D'UN RUBAN LÉGENDÉ.

1. FORCES SOUS-MARINES ET FORCE OCÉANIQUE STRATÉGIQUE. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
État-major des forces sous-marines (ALFOST)
Escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (ESNLE)
École de navigation sous-marine de Brest (ENSM Brest) (1)
Escadrille des sous-marins nucléaires d'attaque (ESNA)
École de navigation sous-marine et des bâtiments à propulsion nucléaire (ENSM BPN) (1)
Centre d'interprétation et de reconnaissance acoustique (CIRA) (2)
FORCES SOUS-MARINES
Base opérationnelle de l'île longue (COMILO)ÎLE LONGUE
Centres de transmissions de la marine (CTM)CTM ROSNAY
CTM FRANCE SUD
CTM SAINTE ASSISE
(1) Organismes intégrés à ALFOST, dont la formation est l'activité principale et ne mettant pas en œuvre des moyens navals et aériens, dotés d'un ruban légendé pour marins du cadre permanent et élèves (instruction n° 10/DEF/EMM/ORG du 31 mars 2016 relative à la subordination des organismes de formation de la marine).
(2) Organisme intégré à ALFOST dont la formation n'est pas l'activité principale (instruction n° 10/DEF/EMM/ORG du 31 mars 2016 relative à la subordination des organismes de formation de la marine).

2. FORCE D'ACTION NAVALE. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
État-major de la force d'action navale [(EM ALFAN – ALERTE FAN – commandement de l'état-major de la force aéro-maritime de réaction rapide (COMFRMARFOR)]
FORCE D'ACTION NAVALE
Flottille amphibie de ToulonFLOTTILLE AMPHIBIE
Groupes de plongeurs démineursGROUPE DE PLONGEURS DÉMINEURS
Groupe de transformation et de renfort Toulon
Groupe de transformation et de renfort Brest
FRÉGATES MULTI-MISSIONS
Bases navales hors métropoleBASE NAVALE DÉGRAD DES-CANNES
BASE NAVALE FORT-DE-FRANCE
BASE NAVALE NOUMÉA
BASE NAVALE PAPEETE
BASE NAVALE PORT DES GALETS
BASE NAVALE ABU DHABI
BASE NAVALE DJIBOUTI
BASE NAVALE MAYOTTE

3. FORCE DE L'AÉRONAUTIQUE NAVALE. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
État-major de la force de l'aéronautique navale (ALAVIA)AÉRONAUTIQUE NAVALE
FlottillesFLOTTILLE 4 F
FLOTTILLE 11 F
FLOTTILLE 12 F
FLOTTILLE 17 F
FLOTTILLE 21 F
FLOTTILLE 23 F
FLOTTILLE 24 F
FLOTTILLE 25 F
FLOTTILLE 28 F
FLOTTILLE 31 F
FLOTTILLE 33 F
FLOTTILLE 34 F
FLOTTILLE 35 F
FLOTTILLE 36 F
EscadrillesESCADRILLE 22 S (1)ESCADRILLE 57 S
Bases d'aéronautique navale (BAN) dont marins affectés au sein d'un service industriel de l'aéronautique
BAN HYÈRES
BAN LANN-BIHOUÉ
BAN LANVÉOC-POULMIC
BAN LANDIVISIAU
Centre d'expérimentations pratiques et de réception de l'aéronautique navale (CEPA/10S)
CEPA
Centre logistique de l'aéronautique navale (CéLAé)CéLAé
École du personnel de pont d'envol (EPPE Hyères) (2)ÉCOLE DU PERSONNEL DE PONT D'ENVOL
École d'initiation au pilotage (EIP/50S Lanvéoc) (3)ESCADRILLE 50S
(1) Organisme intégré aux forces dont la formation n'est pas l'activité principale (instruction n° 10/DEF/EMM/ORG du 31 mars 2016 relative à la subordination des organismes de formation de la marine).
(2) Organisme intégré à ALAVIA, dont la formation est l'activité principale et ne mettant pas en œuvre des moyens navals et aériens, doté d'un ruban légendé pour marins du cadre permanent et élèves (instruction n° 10/DEF/EMM/ORG du 31 mars 2016 relative à la subordination des organismes de formation de la marine).
(3) Organisme intégré à ALAVIA, dont la formation est l'activité principale et mettant en œuvre des moyens navals et aériens, doté d'un ruban légendé pour marins du cadre permanent et élèves (instruction n° 10/DEF/EMM/ORG du 31 mars 2016 relative à la subordination des organismes de formation de la marine).

4. FORCE DES FUSILIERS MARINS ET COMMANDOS. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Base des fusiliers marins et commandos
Toute unité de fusiliers marins [groupement de fusiliers marins (GFM), compagnie de fusiliers marins (CIFUSIL)]
FUSILIERS MARINS
CommandosCOMMANDO JAUBERT
COMMANDO DE PENFENTENYO
COMMANDO DE MONTFORT
COMMANDO KIEFFER
COMMANDO TRÉPEL
COMMANDO HUBERT
COMMANDO PONCHARDIER
État-major de la force maritime des fusiliers marins et commandos (ALFUSCO)COMMANDOS MARINE
ANNEXE III.
LISTE DE FORMATIONS DIVERSES DOTÉES D'UN RUBAN LÉGENDÉ.

1. LISTE DES FORMATIONS DES COMMANDEMENTS MARITIMES À COMPÉTENCE TERRITORIALE DOTÉES D'UN RUBAN LÉGENDÉ. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Formations opérationnelles de surveillance et d'information territoriale (FOSIT)FOSIT MÉDITERRANÉE
FOSIT ATLANTIQUE
FOSIT MANCHE - MER DU NORD
Bases navales (BN) métropolitainesBASE NAVALE DE TOULON
BASE NAVALE DE BREST
BASE NAVALE DE CHERBOURG
Bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM) (1)
Autres unités de marins-pompiers
MARINS POMPIERS
Musique des équipages de la flotte de ToulonMUSIQUE DE LA FLOTTE
Préparations militaires marinePRÉPARATION MILITAIRE MARINE
(1) Cas particulier : selon l'arrêté du 26 octobre 2012 relatif à l'organisation et aux modalités d'administration du bataillon de marins-pompiers de Marseille, le BMPM est une formation administrative relevant du chef d'état-major de la marine (CEMM) [placée sous l'autorité du commandant de l'arrondissement maritime de la méditerranée (CECMED)] et placée pour emploi auprès d'une autorité externe au ministère de la défense (MINDEF).

2. FORMATION RELEVANT DE LA DIRECTION DU SERVICE LOGISTIQUE DE LA MARINE DOTÉE D'UN RUBAN LÉGENDÉ. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Direction du service logistique de la marine
Service logistique de la marine Brest
Service logistique de la marine Toulon
SERVICE LOGISTIQUE DE LA MARINE  
ANNEXE IV.
LISTE DES FORMATIONS ET ÉCOLES DÉPENDANT DE LA DIRECTION DU PERSONNEL MILITAIRE DE LA MARINE DOTÉES D'UN RUBAN LÉGENDÉ.

FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.MARINS OU CADRE PERMANENT.ÉLÈVES.
École navaleÉCOLE NAVALEX(1)
Centre d'instruction naval de Brest (CIN Brest)CIN BRESTX
ÉCOLE DES MOUSSESX
Groupement des écoles de formation initiale de la marine à Cherbourg (GEFIMC) rattaché au CIN Brest (2)ÉCOLE DES MOUSSES
ÉCOLE DES MATELOTS
X
Pôle écoles méditerranée (PEM)POLE ÉCOLE MÉDITERRANÉEX(1)
École de plongée (unité élémentaire du PEM)ÉCOLE DE PLONGÉEX
École des applications militaires de l'énergie atomique (EAMEA)ÉCOLE ATOMIQUEX
École des fusiliers marins (ECOFUSIL Lorient)ÉCOLE DES FUSILIERS MARINSXX
École de l'aéronautique navale de Cognac (EAN Cognac)EAN COGNACXX
(1) Quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) et volontaires (VLT) en formation initiale équipage (FIE) ou en formation élémentaire métier (FEM) portent le ruban « ÉCOLE DES MATELOTS ».
(2) Le GEFIMC créé à compter du 1er juillet 2016 est une unité élémentaire du CIN Brest. Le GEFIMC comprend l'« école des mousses à Cherbourg » et l'« école des matelots de Cherbourg » précédemment rattachée à l'école d'application militaire de l'énergie atomique (EAMEA).
ANNEXE V.
LISTE DES FORMATIONS INTERARMÉES.

1. LISTE DES FORMATIONS INTERARMÉES POSSÉDANT UN RUBAN LÉGENDÉ. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.
Groupements de soutien de base de défense (BdD)BdD BREST-LORIENT
BdD TOULON
BdD CHERBOURG
Groupement de soutien de la base des forces françaises aux Émirats arabes unis
MARINE ABU DHABI
Groupement de soutien de la base des forces françaises de Djibouti
MARINE DJIBOUTI
État-major des arméesÉTAT-MAJOR DES ARMÉES
Directions des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information de la défense (DIRISI) outre-mer
DIRISI SAINT-DENIS RÉUNION
DIRISI FORT-DE-FRANCE
DIRISI NOUMÉA
DIRISI PAPEETE
DIRISI CAYENNE
DIRISI DJIBOUTI

2. ÉCOLE NE RELEVANT PAS DE LA DIRECTION DU PERSONNEL MILITAIRE DE LA MARINE DOTÉE D'UN RUBAN LÉGENDÉ. 
FORMATIONS.RUBAN LÉGENDÉ.MARINS OU CADRE PERMANENT.ÉLÈVES.
École des fourriers de QuerquevilleÉCOLE DES FOURRIERSX(1)
(1) Quartiers-maîtres et matelots de la flotte (QMF) et volontaires (VLT) en formation élémentaire métier (FEM) portent le ruban « ÉCOLE DES MATELOTS ».
ANNEXE VI.
MESSAGE TYPE DE DEMANDE DE CRÉATION DE RUBAN LÉGENDÉ.




sous-marin PSYCHE centre sous-marins Lorient Marine

sous-marin PSYCHE centre sous-marins Lorient Marine 









De 1941 à 1943, trois gigantesques blocs de béton armés sont édifiés par les forces d'occupation allemandes pour abriter les sous-marins engagés dans la bataille de l'Atlantique. 

Dès sa libération, la base de Lorient est réutilisée par la Marine française qui ne la quittera qu'en 1997.





Lorient Keroman sous la pluie photo JM Bergougniou
Géré par la Marine dans le cadre du développement du programme de SNLE français, et pour la création de constructions navales à base de matériaux composites, le site est consacré depuis lors à des activités civiles dont le pôle d'activité est centré sur le domaine maritime.



L'agence postale militaire de la Marine Lorient centre sous-marins Marine a été ouvert du 01-4-1964 au 01-07-1995. D'abord rattachées à des bureaux de poste civils , elles seront rattachées à des BPN (Bureaux Postaux Militaires)








Dixième des onze unités de type Daphné, la Psyché a été mise sur cale par les chantiers de DCN Brest le 1er juin 1967, et admise au service actif le 7 juin 1970.


Affecté à l'origine à la base de Lorient-Kéroman au sein de l'ESMAT (escadrille des sous-marins de l'Atlantique), ce n'est que lors de la dissolution de cette dernière en 1995 qu'il rejoint Toulon pour y terminer sa carrière. 



Sa modernisation, avec l'ajout du proéminent dôme sonar contenant le sonar DUUA2, est réalisée en 1981. Au cours des années 90, La Psyché reçoit également, pour expérimentation, un mât optronique, fabriqué par la firme française Sagem.


http://www.netmarine.net/bat/smarins/psyche/ancien.htm












BE BERRY

BE BERRY









A644, indicatif international FBRY, celui qui allait devenir le BE BERRY est né à Brême aux chantiers Rolandwerft créé en 1913. Constructeur de navires de guerre durant la seconde guerre mondiale, l'après guerre voit le chantier se lancer dans la construction civile. Suite à sa faillite en 1972, le chantier se relance par la construction de tronçons de navires.



Long de 86,70m, large de 11,60m, d'un poids à vide de 1150t, en lourd de 2700t, il est armé par 22 hommes d'équipage.

Le MEDOC est lancé le 30 janvier 1958 et entre en activité le 10 mai 1958 sous les couleurs de la compagnie WORMS sous le nom de MEDOC.
Il avait deux sister ships l'AUNIS et l'ANJOU.
Il est acheté par la Marine en 1964.

"Déjà le soleil attirait ma proue,les côtes d'Afrique et Alger la Blanche m'accueillaient à chaque voyage. Mes allers et retours voyaient mes cales à marchandise se charger puis se vider de 2903 m3 de grain ou de 2715 m3 de balles,en plus de 1715 Hl de vin stocké dans mes cuves prévues pour la circonstance. Ainsi pendant 6 ans et 22500 h de marche de mes moteurs,j'assumais vaillamment ma fonction cargo. Cela ne dura pas car malheureusement le 14 juillet 1964 ne fut pas la fête por moi. Mes armateurs décidèrent de me désarmer,ils me laissèrent amarré,triste et bien seul, le long de la jetée du large à Marseille."
Le miracle s'est produit le 24 septembre 1964, jour ou je sortis de ma torpeur,réveillé par des bruits de pas résonnant sur un pont battu et usé par les embruns.Une commission d'achat de la Marine Nationale m'inspectait de long en large ,en vue d'acquisition afin de me transformer en bâtiment frigorifique. Hasard ? Un certain Capitaine de Frégate dont le but était de trouver un bâtiment pour le compte du Centre d'expérimentation du Pacifique (C.E.P.) ; il servirait à assurer le ravitaillement en vivres des sites, des bâtiments trop importants pour entrer a Papeete (porte-avions, pétroliers...) ou retenu loin de Tahiti. Je leur donnais entière satisfaction car le 26 novembre 1964, je prenais du service actif dans la "Royale"."

"je ralliais Toulon,où une équipe spécialisée de la D.C.A.N. m'attendait pour me faire subir la premier opération de ma carrière militaire. Opération et convalescence durèrent 9 long mois.On m'a laissé mes deux chambres froide de 130 M3 au total, mais j'ai vu mes cuves à vin ce limiter a 800 Hl ,les autres cuves a l'avenir contiendraient de l'eau douce. Mes logements furent aménagés pour accueillir 2 officiers et 29 membres d'équipage . En vue de mes missions futures ,il me fût affecté une baleinière de récif, de baleinières de sauvetage, un zodiac, 1 youyou et 1 dinghy. Pour mes approvisionnements,je disposais de 4 mâts de charge de 10 T, 2 de 3T et une bigue de 20 T (genre de mât de charge à gros palan )."

"2 autres choses importante ont marquées ma période de transformation: d'une part, la Marine me rebaptisa BERRY, nom d'une belle région de France, pleine de mystères campagnards et de légendes; d'autre part, j'accueillais mon premier pacha le 19 décembre 1964 en la personne du Capitaine de Corvette OSMONT, et c'est ainsi que je prenais la mer le 17 septembre 1965 pour rallier mon affectation au sein du C.E.P. sous le commandement de la D.I.R.C.E.N. en tant que Transport ravitailleur."


Pour coordonner la conduite des programmes d’essais, la Direction des centres d’expérimentations nucléaires (DIRCEN) avait une organisation « mixte » Armées et CEA. La DIRCEN était dirigée par un officier général qui disposait d’un adjoint directeur des Essais du CEA/DAM. La DIRCEN était basée en région parisienne à Villacoublay puis à Montlhéry.
"dans les années 68 et 69, dans la pacifique sud entre les atolls de Muru, Hao, Tureïa, Réao, Puka-Puka et Puka-Rua, des endroits ou l'on ne pouvait aller à l'époque qu'en PBY mais pas avec le matériel lourd dont nous avions besoin, c'est donc le "bateau blanc" qui transportait le matériel, à cette époque c'était un cargo ravitailleur de notre marine la goélette "farani" comme l'appelaient les polynésiens, en opposition à l'oiseau des îles qui était civil mais blanche elle aussi, les autres ravitailleurs plus petits étaient le Saintonge et la Guyenne mais de couleur grise"  
http://forum-naval.star-ac.org/t2869-batiment-de-renseignement-berry

TàD du bureau naval 64 ouvert en 1966 le 10-3-985
le BN64 est embarqué sur le VAR en mission ALINDIEN
Info:Vous êtes resté une longue période au C.E.P.Ce devait être la belle vie sous les tropiques?Berry:En effet, climat agréable,vahinés ravissante,mais cela ne m'empêchait pas de remplir mon rôle, faisant Papeete les sites,les sites Papeete, va et vient interrompu à période régulières par un carénage, pour l'entretien des machines et du matériels. Avec mon premier pacha , j'ai parcouru la bagatelle de 45164 miles en 255 jours et ce en 16 mois. Un second pacha ralliait ensuite, et le balai incessant continua.Du 17 décembre 1966 au 2 octobre 1973 , je fis un score de 151592 miles pour 908 jours de mer. Le 21 juillet 1973 ,je fis mes adieux émouvant à Tahiti ,à ses vahinés et tout ses cocotiers, pour rejoindre la mer patrie.
Le 2 octobre 1973, la plus belle rade d'Europe m'accueillait,Toulon devenait mon port d'attache,et le CECMED mon tuteur. I
nfo:Après 9 ans de bons et loyaux services aviez-vous une idée de votre avenir,que vous attendait-il ?
Berry: Une commission d'enquête!!! Eh oui!Je me revoyais quelques années plus tôt à Marseille...
J'allais être mis en réserve spéciale A, terme bien mystérieux car l'on ne m'en dit pas plus. Jusqu'au 20 octobre 1973, je subissais l'assaut perpétuel d'une commission d'expertise en vue d'une refonte possible. Ce bruit courait dans les coursives,mais refonte en quoi? Mon destin était aux transformations.Optimiste,je restais confiant et prêt à redécouvrir de nouveaux horizons... Depuis ,je brique les mers,propre et fringant. J'ai du succès...Pensez donc...Je suis devenu Bâtiment d'Expérimentation. Le 19 mai enfin ,après une nouvelle refonte, le Berry reprend du service pour une troisième carrière de bâtiment d'expérimentation.
Transformé pour remplir des missions de recueil de renseignement militaire,il embarque principalement des techniciens de la direction du renseignement militaire (DRM) et dans ses flancs, des équipements sophistiqués et, notamment, le système Minrem (moyens interarmées de renseignements électromagnétiques ) qui est un ensemble de matériels d'écoute pour l' interception et la goniométrie des transmissions radioélectriques et électroniques. Il s'illustrera particulièrement les dernières années en mer de Barentz, dans le Golfe Arabo-Persique, en mer Noire et en Méditerranée. Parti de Toulon le 08 janvier 1999 pour sa dernière traversée, il fait escale à Dakar (Sénégal) ,Sao-Luis (Bresil), Willemstadt (Curaçao), Montego (Jamaique), Isla (Mexique), Puerto-Cortes (Honduras) Nassau (Bahamas) Hallifax (Canada), Saint Pierre et Miquelon,avant de rentrer début mai à Lorient. Après 54 campagnes et 615000 nautiques réalisés, il est désarmé en mai 1999. La coque du Berry a été utilisée comme cible et coulée en juin 2001 au large de la Bretagne

sources :

http://www.alabordache.fr/marine/espacemarine/desarme/transport/berry/presentation.php

http://www.anciens-cols-bleus.net/t16410-berry-transport-ravitailleur

20 janv. 2018

BAN Nimes Garons aéronautique navale Atlantic Atlantique

BAN Nimes Garons



La base d'aéronautique navale de Nîmes-Garons ou BAN Nîmes-Garons est une ancienne base d'aéronautique navale de la Marine nationale française, située sur l'aéroport Nîmes-Alès-Camargue-Cévennes, près de la ville de Nîmes (Gard) à quelques dizaines de kilomètres des côtes de la mer Méditerranée. 

Fondée en 1961, elle est l'une des principales base d'aéronautique navale de l'Aviation navale française. Elle ferme le 1er juillet 2011 à 10h31.





Mise en œuvre opérationnelle et technique

Maintien d'une posture opérationnelle: assurer les alertes en coordination avec Lann-bihoué
Soutien technique, administratif et logistique des unités affectées Accueil des renforts du groupe aérien embarqué (GAE) ou de patrouille maritime (PATMAR)
Autres missions:
Contrôle aérien de l 'activité aéronautique civile
Support administratif des unités rattachées
Point d 'entrée/sortie des F.C.E.
Maintien de capacités d 'accueil de passagers






La Base d’Aéronautique Navale (BAN) de Nîmes en quelques dates:
Avant 1914 : Des études sont entreprises pour l’aménagement d’un aérodrome, mais elles sont interrompues par la guerre.
1938-1939 : L’État achète des terrains pour construire un premier aérodrome.
Seconde guerre mondiale : les allemands construisent une piste en bitume de 1800 mètres pour leurs besoins militaires.
Avril 1949 : Inauguration de l’aéroport civil de Nîmes-Garons. Le trafic reste très réduit jusqu’en 1960.
1958 : Décision de créer une Base Aéronautique Navale à Nîmes. 2 objectifs sont recherchés: disposer d’une grande base de PATMAR (Patrouille maritime) sur la façade méditerranéenne et accueillir les formations rapatriées d’Afrique du Nord.
24 octobre 1958 : Inauguration de la BAN. La circulation aérienne civile demeure, mais la Marine assure le contrôle aérien, la sécurité au sol et l’entretien des pistes.
1958 : Arrivée de la 6F (Alysé), flottille d’aviation embarquée dont la mission est d’assurer la sûreté des forces navales à la mer.




1962 : Installation des flottilles 21F et 22 F (Neptune). Elles arrivent de la base de Lartigue en Algérie.

1964 : Arrivée de l’École du personnel volant (EPV) et de l’escadrille 56 S rapatriée d’Agadir en 1960, elle s’installe d’abord à Lorient avant de rejoindre Nîmes en 1964. 


1965 : Arrivée des premiers Breguet Atlantic à la 21F.
1993 : Arrivée du premier Atlantique 2 à la 21F.
1996 : Dissolution de la flottille 22F.
1997 : Création du centre d’entraînement et d’instruction de Nîmes-Garons.




2000 : Dissolution de la flottille 6F.
2002 : Dissolution de l’escadrille 56S. arrivée de la flottille 28F (Nord 262, Xingu)
2007 : Réfection de la piste et modernisation de la tour de contrôle.
2008 : Création du centre du Centex PATSIMAR (centre d’expertise patrouille de surveillance et d’intervention maritime).
24 juillet 2008 : Décision du ministre de la Défense de fermer la BAN.
2010 : Transfert de la flottille 28F et du Centex PATSIMAR à Lann Bihoué et arrêt du soutien technique aéro.




1er juillet 2011 : Dissolution de la BAN. La base est cédée à l’armée de Terre qui y installe le 503e Régiment du Train. La BAN devient une Base de Défense.



Les unités présentes sur la BAN


Flottille 21F


Missions de défense
lutte anti-sous-marine et lutte au-dessus de la surface
sûreté de zone et recherche de renseignement
déploiements extérieurs

Missions de service public
missions de recherche et de sauvetage en mer.
surveillance du centre spatial de Guyane
répression du trafic de drogue.

Flottille 28F
Missions
surveillance des zones d'intérêt économique en métropole ;
contribution à la sûreté des approches maritimes sur la façade Méditerrannée par la recherche de renseignements
participation à la recherche et au sauvetage dans le cadre des missions de service public et des accords internationaux
soutien aérien de la région Méditerranée

L'école du personnel volant (EPV)


Formation
pilotes de multimoteurs (navalisation)
personnel volant non pilote
contrôleurs aériens
contrôleurs d'opérations aériennes


Centre d'entraînement et d'instruction (CEI)

Créé le 1er septembre 1997, le CEI NIMES-GARONS reprend les missions du service Instruction de la BAN et du DIE des équipages abinitio de la 21F.
Mission
organisation de l'instruction et de l'entraînement au sol ( moyens synthétiques ) et en vol ( ab-initio ) du personnel volant de la base et des formations.
Organisation
- section ab-initio
- section simulateur tactique
- section simulateur de pilotage


Compagnie de fusiliers marins
Mission
assurer la protection de la base d'éronautique navale contre toute atteinte aux personnes et aux biens qui s'y trouvent
Moyens
46 hommes et femmes
un groupe cynophile de 11 chiens
systèmes de surveillance (caméras, alarmes, ...) et armement (FAMAS, PSA et FAP)
élément d'intervention




Groupement des Services Techniques

Mission
Assurer le soutien technique et logistique des formations.

Effectifs
340 militaires
144 civils

Répartition
domaine aéronautique 394 (dont soutien technique 366)
soutien logistique 28
domaine industriel 90 




Moyens

1462 personnes dont 1242 militaires et 220 personnels civils de la Défense et parmi les militaires:


7 chefs de corps
125 officiers
800 majors et officiers mariniers
220 quartiers-maîtres et matelots
90 élèves et stagiaires