Chercher dans le blog

Rechercher dans ce Blog

15 oct. 2017

Le bureau naval 22 en océan Indien Poste aux armées mer d 'Oman

Le bureau naval 22







Le bureau naval 22 est créé le 5 avril 1977 ; ce numéro avait déjà été utilisé par le bureau de Mers-El-Kébir. Il avait fermé en 1968.






Destiné à desservir les bâtiments en Zone Océan Indien, il passera du porte-avions Clemenceau (5-4-1977 au 11-6-1977) puis sur le PA Foch jusqu'au 10-12-1977. Croisant au large de Djibouti, il devait assurer la sécurité du pays et des résidents à l'occasion du passage à l'indépendance du Territoire des Afars et des Issas (TFAI) le 27 juin 1977.

Il passera ensuite sur la frégate Duquesne du 24-10-78 au 20-6-1979 toujours en océan Indien.



puis du 12-9-1979 au 02-4-1980, sur l’Escorteur Du Chayla, 






Il achèvera sa carrière du 1-9-1980 au 02-4-1981, sur l’Escorteur BOUVET en mer d’Oman.



Sources 

Histoire de la Poste Navale 
La Marcophilie navale Jacques Mériaux

association philatélique de COLMAR

Le BATRAL La GRANDIERE a l'honneur aux TAAF en 2018 Timbre bateau

Le BATRAL LA GRANDIERE sera timbrifié en 2018 aux TAAF


En avant première, la Philatélie des TAAF nous révèle le nouveau timbre sur le BATRAL LA GRANDIERE qui sortira en 2018.

Le directeur nous transmet aussi les essais de couleurs

Merci à lui.





BATRAL  LAGRANDIERE
(Navire des Eparses)     80x32 H

7 Essais de couleur    (je n’ai pas encore fait mon choix) Sortie le 01.01.2018 (10 timbres à la feuille)                TD1.70 (20à100g)  Y.BEAUJARD40.000ex (4000 feuilles)





Cinquième de la série, le batral La Grandière a été construit aux Ateliers Français de l'Ouest, à Grand-Quevilly (Seine-Maritime).
Mis sur cale le 27 août 1984
Lancé le 11 décembre 1985
Admis au service actif le 21 janvier 1987

Le La Grandière était basé à La Réunion (Port-des-Galets).






















Merci Marc.

14 oct. 2017

SNA AMETHYSTE Lancement Cherbourg 14 mai 1988 Commandant Pastré

SNA AMETHYSTE Lancement Cherbourg 14 mai 1988 Commandant Pastré 

Les études, qui débutent dès 1986, aboutissent à la modernisation AMETHYSTE, du nom du cinquième de la série, admis au service actif en 1992. 

T)shirt améthyste réalisé par le bord


Améthyste est aussi un acronyme pour AMElioration Tactique, Hydrodynamique, Silence Transmission
Le nouveau SNA bénéficie d'une nouvelle carène, avec l'adoption d'une forme dite Albacore, un pont passerelle enveloppant et un dôme sonar profilé, facilitant l'écoulement des flux et limitant, de fait, la perturbation des systèmes d'écoute. La longueur est portée à 73.6 mètres, en raison de l'arrondis du dôme sonar. Les quatre premiers de la série seront refondus entre 1989 et 1995. La Marine touche, enfin, un sixième SNA, la Perle, en 1993. Ce dernier devait être suivi par deux sisterships mais, en raison des restrictions budgétaires et de la fin de la guerre froide, la construction des Turquoise et Diamant est annulée en 1992.



TAD 50115 Cherbourg Naval 14-5-1988

Le principal défi du premier SNA français résidera dans la compacité de sa chaufferie. Le bâtiment ne fera, en effet, que 72.10 mètres de long pour 2670 tonnes de déplacement en plongée. A titre de comparaison, leurs homologues américains du type Los Angeles mesurent 6900 tonnes en plongée pour une longueur de 109.7 mètres. 

carte de voeux SNA Améthyste

Les Britanniques du type Swiftsure sont également nettement plus volumineux, avec 82.9 mètres de long et 4900 tonnes. Les Soviétiques font également dans le gros submersible, avec les Akula (9100 tonnes), les Sierra (7500 tonnes), les Victor I à III (5100 à 6000 tonnes). Même les vieux November, dont la tête de série, le Leninskiy Komsomol (1958), fut le premier SNA d'URSS, déplaçaient 5400 tonnes. Les plus petits bâtiments de ce type en service dans la flotte rouge sont alors les fameux Alfa (3700 tonnes). Autant dire que les Rubis français font figure de curiosité et suscitent quelques railleries à l'étranger.



Pour le Rubis, au niveau de la chaufferie, il a fallu adopter un équipement compact avec, dans la même cuve, un générateur de vapeur collé à la chaudière ». Casse tête pour le CEA, Technicatome et DCN, l'appareil propulsif est finalement mis au point et réalisé par l'arsenal d'Indret, près de Nantes. Afin d'atteindre la vitesse de 25 noeuds, les SNA français disposeront d'un réacteur à eau pressurisée K 48, deux turbo-alternateurs et un moteur électrique de propulsion. L'ensemble développe 9500 cv, soit une puissance de 7000 kW. Le choix de la vitesse, très dimensionnant en raison de la puissance nécessaire, a d'ailleurs été déterminant dans la possibilité de concevoir un SNA si compact : « Etant plus petits, ils avaient des performances un peu inférieures aux Los Angeles, notamment en matière de capacité d'emport d'armes et de vitesse (32 noeuds pour les Américains, ndlr). Toutefois, les missions n'étaient pas les mêmes. Pour rallier leur zone d'opérations au large de l'URSS et y demeurer le plus longtemps possible, les SNA américains devaient traverser l'Atlantique à grande vitesse. Les Français n'avaient pas ce problème. Le choix de la vitesse a donc été fait en cohérence avec le choix stratégique des zones d'opérations ».

carte de voeux SNA Améthyste

sources :

Vincent Groizelleau

https://www.meretmarine.com/fr/content/1983-la-france-se-dote-de-sous-marins-nucleaires-dattaque




13 oct. 2017

La Marcophilie navale n°124 revue Trimestrielle

La Marcophilie navale n°124 

revue trimestrielle 








au programme : 

  • le mot du trésorier
  • le patrouilleur polaire L'Astrolabe
  • le débarquement américain de 1917
  • Le quartier-maître Jean Lecerf Aviso Ville d'Ys
  • Jean-Baptiste CROZE, marin du Consulat et de l'Empire
  • La BAN d'Hourtin
  • La vie des sections 
  • Aéronautique navale
  • Atlantique Sud-Ouest
  • Ile de France
  • Bretagne
  • Provence 
  • T.A.A.F





Sur les mêmes sujets dans le blog :

http://envelopmer.blogspot.fr/2012/01/cfm-hourtin-marine-nationale-et.html

http://envelopmer.blogspot.fr/2014/12/laviso-ville-dys-et-le-courrier-de-la.html





V11251 SPID Patrouilleur polaire L'Astrolabe Service postal à l'International de la Défense vaguemestre équipage A

V11251 SPID Patrouilleur polaire L'Astrolabe


à l'heure ou paraissait la revue de La Marcophilie Navale n° 124 avec un très bon article sur le Patrouilleur Polaire L'ASTROLABE, le SPID mettait en service le tampon du vaguemestre (équipage A) V 11251.



Le lundi 9/10 le patrouilleur quittant Port-des-Galets est parti pour Hobart Tasmanie, pour préparer le première rotation vers la Terre-Adélie.



Bon vent à lui et à son équipage.


L'Astrolabe photo Bernard Hily 

11 oct. 2017

Jersey le phare de Corbière 1943 Occupation allemande Guerre 1939 1945

Jersey sous occupation allemande le phare de Corbière 1943


Le phare de La Corbière est certainement le phare le plus connu de Jersey. Son histoire philatélique est importante. Représenté seul ou en arrière-plan, il affranchit de nombreuses lettres depuis de nombreuses années. Nous parlerons aujourd'hui de l'année 1943 et de l'occupation allemande de l'île.

Jersey est la plus grande des îles Anglo-Normandes, dont la capitale est Saint-Hélier. Sa superficie est de 118,2 km2 et elle est peuplée de 91 084 habitants (Jersiais ou plus plaisamment Crapauds). 







Le bailliage de Jersey comprend l'île de Jersey, ainsi que les récifs des Écréhou et des Minquiers et quelques autres îlots inhabités. Comme les autres îles Anglo-Normandes, Jersey : est une dépendance de la Couronne britannique représentée par un lieutenant gouverneur. Les souverains britanniques y règnent en tant que ducs de Normandie.
Carte postale  Grève de Leco 1943

Les îles Anglo-Normandes furent occupées par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui fit d'elles les seuls territoires des Îles Britanniques à avoir été envahis par la Wehrmacht. 


Timbre de Jersey surchargé de la croix gammée 1940



Elles furent occupés du 30 juin 1940 à la libération, le 9 mai 1945. 

Le 15 juin 1940, le gouvernement britannique décide que les Iles Anglo-normandes ne présentent aucun intérêt stratégique. Les Hommes mobilisés à leur défense seraient plus utiles sur d'autres fronts. Pour les Allemands l'occupation d'un territoire britannique était une opération de prestige, une bonne propagande. Les îles sont déclarées "Ville Ouvertes"


Alors qu'ils avaient la possibilité d'évacuer l'île, la majorité des Jersiais décide de rester.









La Wehrmacht, ignorant que les îles avaient été démilitarisées, eut une approche très précautionneuse dans son invasion. Le 28 juin 1940, les Allemands envoyèrent un escadron de bombardiers en mission au-dessus des îles et bombardèrent les ports de Jersey et de Guernesey. À Saint-Pierre-Port, la mission de reconnaissance allemande crut voir des véhicules militaires de transport de troupes mais il s'agissait en fait de convois chargés de tomates pour les personnes évacuées. Quarante-quatre insulaires furent tués au cours de ces raids aériens.


Alors que l'armée allemande se préparait à une opération d'invasion avec deux bataillons, le pilote d'un avion de reconnaissance qui s'était posé sur Guernesey reçut la reddition officielle de l'île, le 30 juin 1940. Jersey se rendit le 1er juillet. Aurigny, où il ne restait presque plus personne, fut occupée le lendemain et un petit détachement allemand alla de Guernesey à Sercq qui se rendit officiellement le 4 juillet.



Les Allemands construisirent, sur l'île d'Aurigny, quatre camps de concentration qui dépendaient du camp principal de Neuengamme, en Allemagne.


Le manque de monnaie à Jersey amène les allemands à demander à l'artiste jersiais Edmund Blampied de dessiner de nouveaux timbres pour des montants de 6 pence, 1 shilling, 2 shillings, 10 shillings et 1 pound, qui sortirent en 1942.








Un an après, il est demandé de dessiner 6 nouveaux timbres pour la Poste des îles dont un représentant le phare de La Corbière.











Date premier jour du timbre Corbière 1943





À cette occasion, Edmund Blampied accomplit un acte de résistance, en incluant de manière cachée, les initiales GR sur le timbre de 3 pence, comme signe de sa loyauté au roi George VI.



Les timbres seront imprimés par Cortot à Paris. 






Les valeurs 1/2P et 1P seront mises en service le 1 juin 1943, les valeurs 11/2P et 2P le 8 juin et les valeurs 21/2P et 3P le 29 juin.





Le phare a été construit, en 1874, par l'ingénieur britannique John Coode. C'est une tour ronde de 19 m de haut, avec lanterne et galerie, peinte en blanc. Il fut le premier phare britannique à être construit en utilisant le béton.





Il émet une lumière intermittente blanche et rouge, selon secteurs définis, toutes les 5 secondes. Il possède aussi une corne de brume de 4 blasts toutes les minutes.

10 oct. 2017

CORYMBE 139 BPC DIXMUDE Afrique de l'Ouest Golfe de Guinée

CORYMBE 139 BPC DIXMUDE Afrique de l'Ouest Golfe de Guinée 

Navire-filleul de la Ville de Marseille actuellement en mission Corymbe le long de la côte occidentale de l'Afrique, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude et son "chien de garde", le patrouilleur de haute mer Commandant Bouan viennent de participer à l'exercice African Nemo qui réunissait les marines de neuf pays riverains du golfe de Guinée.




Pendant une semaine, du 10 au 18 septembre, des navires et des équipages nigériens, togolais, ghanéen, ivoirien, sénégalais, camerounais, béninois, libériens et guinéens se sont en effet entraînés à intervenir le long de 5700 km de côtes, sur des scénarios des plus réalistes, dans les domaines de la sécurité maritime, la police des pêches, la lutte contre la piraterie et les trafics, ainsi que l'assistance aux naufragés. L'objectif consistait notamment à travailler sur des cas concrets visant à améliorer l'interface entre les navires d'intervention et les infrastructures à terre. Une coopération militaire à laquelle la France porte une attention toute particulière, non seulement au titre des relations historiques qu'elle entretient avec ces pays mais aussi et surtout en raison des nouvelles menaces qui se font jour dans cet espace océanique de près de 2,3 millions de km² dont les ressources minières et halieutiques excitent les convoitises.




Le golfe de Guinée constitue en effet une zone stratégique pour la France comme pour l'Europe en raison notamment de la présence de très importants gisements de pétrole et de gaz. 4,5 % des réserves mondiales de pétrole y sont concentrés, détenus aux deux tiers par le Niger. Ces gisements de fournissent 22 % des besoins de la France et 12 % de ceux de l'Europe. Une région dont les autorités françaises tiennent dès lors à maintenir et garantir la stabilité. D'autant que 80 000 ressortissants sont présents dans les différents états concernés. C'est donc un œil attentif que le navire filleul de la Ville de Marseille permet à la France de porter sur ce vaste espace maritime à l'intérieur duquel 150 actes de piraterie et de brigandage ont été recensés l'an dernier. Un golfe de Guinée où la pression des grandes puissances étrangères se fait d'ailleurs sentir chaque jour davantage, directement par une présence militaire de surface ou sous-marine, ou indirectement comme c'est le cas de la Chine. Profitant de l'immensité du territoire et du manque de moyens d'intervention en haute mer des pays riverains, sa flotte de pêche outrepasse en effet très largement les quotas qui lui sont alloués, dans une proportion que les autorités françaises évaluent à 1 pour 10. Or la pêche constitue l'une des principales ressources des populations riveraines et l'un des éléments majeurs de leur sécurité alimentaire, sachant que 40 % de la ration quotidienne des habitants du golfe de Guinée sont constitués de poisson.

Philippe Gallini

Le Dixmude, troisième et dernier né des bâtiments de projection et de commandement (BPC) de la Marine nationale, est, depuis le vendredi 13 janvier 2017, le nouveau filleul de la ville de Marseille.

Plusieurs cérémonies officielles ont été organisées à l’occasion de cette escale dans la cité phocéenne. Les marins du Dixmude ont d’abord accueilli 37 stagiaires de la Préparation militaire marine (PMM) de Marseille avec lesquels ils sont désormais jumelés. La cérémonie officielle de parrainage entre Marseille et le Dixmude s’est ensuite déroulée à l’hôtel de Ville en présence de M. le sénateur maire de Marseille M. Gaudin, le commandant du bâtiment, le CV Lavault. M. Gaudin a rappelé le parrainage précédent qui liait la cité phocéenne au TCD Siroco (aujourd’hui vendu), et souligné « l’honneur qui est fait à Marseille, seconde ville de France et forte de ses 2400 marins pompiers, d’être à nouveau associée à la marine nationale ». Il a pu apprécier les installations de ce filleul hors norme à l’occasion d’une visite. Une coursive a été baptisée du nom de Pythéas, célèbre explorateur marseillais qui vécut quatre siècles avant notre ère.

Samedi, les 200 marins du bâtiment ont accueilli plus de 1200 visiteurs et ont ainsi permis aux marseillais de découvrir leur filleul.






sources :

http://www.laprovence.com/article/mer/4632985/le-dixmude-oeil-de-la-france-dans-le-golfe-de-guinee.html

Cols Bleus 


Le Crabe Tambour et le Jauréguiberry film cinéma pêche Schoendoerffer Rochefort Jean Claude Rich Jacques Dufilho

Jean Rochefort est décédé 
retour sur le Crabe Tambour 
et le Jauréguiberry

A l'occasion du décès de Jean Rochefort, je me permets de ressortir un article de 2014 sur le film Le Crabe Tambour

avec Henry Aguilera

"Les plis ont été réalisés avec la complaisance de l'agent postal du RHM Centaure  et pour un brin d'humour il s'appelait Cheval 

Seuls 7 plis ont été réalisés (il n'a pas voulu en faire plus)"
Jean Bernardin Jauréguiberry, né rue Mayou à Bayonne (Basses-Pyrénées) le 26 août 1815 et mort à Paris le 21 octobre 1887, est un officier de marine et homme politique français. Vice-amiral, il entame une carrière politique et devient sénateur et plusieurs fois ministre. Par son exemple de 1870, il est le précurseur de l'emploi à terre d'unités de fusiliers marins, idée qui fut reprise en 1914.

En septembre 1870, il est chargé d'organiser la défense du Cotentin. Puis, lors de l'invasion prussienne et après le siège de Paris, il reçoit le commandement de la 1re division du 16e corps d'armée de la Loire, avec lequel il combat, à la fin novembre 1870, au nord d'Orléans : à Poupry, à Loigny et à Villepion. Sa conduite lui vaut d'être cité à l'ordre de l'armée. Il appartient à la délégation de Tours, où était venu se réfugier le gouvernement. Il se conduit si brillamment à Coulmiers, et à Patay, les 1er et 2 décembre que le gouvernement de la Défense le met à la tête du 16e corps de l'armée de Chanzy le 6 décembre, et le nomme vice-amiral le 9. Pendant la retraite de cette armée vers Laval, il se distingua par sa vigueur et sa ténacité, notamment à la bataille du Mans le 11 janvier 1871.
le Film

Sur un escorteur chargé d'escorter des chalutiers en direction de Terre-Neuve, un commandant et deux autres membres d'équipage se souviennent du Crabe-Tambour, un personnage qu'ils ont côtoyé et qui a participé aux guerres d'Indochine et d'Algérie.

Fin 1976, le désarmement du Jauréguiberry est programmé pour avril 1977. Il effectuera une ultime mission de surveillance et d’assistance à la « Grande Pêche » sur les bancs de Terre-Neuve et du Labrador et servira de cadre au tournage du film « Le crabe Tambour » de Pierre Schoendoerffer.
Il appareille de Toulon le 11-01-1977 pour Lisbonne (14 au 17-01) et Lorient où il arrive le 19-01.

Le tournage débute dès le lendemain dans le port du Morbihan et en mer jusqu’au 29-01.
























Le 29-01 après-midi c’est l’appareillage pour l’Atlantique Nord. Les 6 acteurs et une quinzaine de techniciens sont à bord. La traversée est éprouvante pour le personnel et le bâtiment qui sera à la cape pendant une douzaine d’heures. Le réalisateur du film est satisfait, le visage des acteurs portera les stigmates de la traversée.



A bord, la vie s’organise avec les impératifs de l’assistance aux chalutiers et du tournage. Les soirées sont “longues” au carré des OMS et les discussions à « refaire le monde » avec Pierre Schoendoerffer et Raoul Coutard (Cameraman), deux hommes remarquables, sont particulièrement intéressantes.




Lors d’une soirée un peu arrosée (pour ceux qui ne sont pas de quart, et si nous n’avions pas d’alcool à bord, l’équipe de tournage avait des réserves), la nostalgie est là et des chansons de marins sont entonnées.



« Les trois marins de Groix » : « il vente, il vente, c’est le vent de la mer qui nous tourmente… » attire l’attention de pierre Schoendoerffer qui envoie son ingénieur du son chercher ses appareils d’enregistrement. C’est ainsi que cette chanson interprétée par le « chœur des OMS » se retrouve dans le film.




Au départ nous étions un peu inquiets pour le « vivre ensemble », le chef électricien étant un antimilitariste convaincu et virulent. Tout va très vite s’arranger et son opinion changera totalement, à tel point qu’une fois arrivé à Lorient, il organisera un repas dans un restaurent de la ville avec l’équipe de tournage, leurs familles et tous les OMS disponibles. Au moment de se séparer quelques gorges seront nouées.




Retour à Lorient le 14-03. Une semaine encore de tournage ou de détente et le brave « Jojo » appareille le 21-03 pour ses derniers jours de mer. Avant de rallier Toulon le 25 et d’entrer en période de désarmement, il effectue entre les Baléares et la France des essais à PMP. Il atteint la vitesse exceptionnelle pour son âge de 33,5 nœuds, son chant du cygne.



Dix-septième d'une série de 18 escorteurs d'escadre, le Jauréguiberry (T53 R5) fut conçu comme escorteur d'escadre anti-aérien (détection aérienne et conduite de missions aériennes). Mis sur cale à Bordeaux en septembre 1954 aux Forges et Chantiers de Gironde, lancé le 5 novembre 1955, il est admis au service actif le 15 juillet 1958.

http://www.netmarine.net/bat/ee/jaureguib/caracter.htm



pour voir le film cliquez ci-dessous


https://www.youtube.com/watch?v=gIAIAO6BOD8&feature=youtu.be

























Combien ont-ils été, les anciens d'Indochine, au moment du départ, à vouloir renoncer à retrouver la vieille Europe. Le médecin est l'un d'eux qui avait laissé son ami, le "Crabe-Tambour" rentrer seul en métropole. Peut-être est-ce pour mourir en paix avec lui-même que le commandant a voulu se manifester auprès de l'homme qu'il avait renié, peut-être est-ce un pardon que le "Crabe-Tambour" adresse à cet homme au crépuscule de sa vie sous la forme d'un adieu interminable transmis en scott. C'est à ce moment-là que l'on mesure la solitude du commandant face à l'imminence de la mort.